Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/06/2007

Pivot ne reviendra plus

Pivot ne reviendra pas

 

4 juin 2007

 

 

C’était une émission tardive, trop tardive. Il fallait quand même travailler le lendemain. Mais quel régal ! Quel délice ! Bernard Pivot présentait ses auteurs  et les laissait parler. Il ne pérorait jamais sur son nombril à lui, Pivot. Il n’expliquait pas interminablement aux auteurs ce qu’ils avaient voulu dire. Il ne les interrompait pas à tout bout de champ pour rappeler qu’il était bien là, lui Pivot. Chose essentielle, complètement oubliée, il ne laissait pas ses invités parler tous en même temps. Il n’était pas partisan. Il posait les questions qui mettaient les écrivains à l’honneur et leur permettaient de préciser leur pensée.  Bien sûr, il a souvent présenté les mêmes. C’est par lui que j’ai connu (et adoré) Jean d’Ormesson, un peu moins certain casse pied prétentieux et très peu lu qui fait la loi chez Gallimard et édicte les règles de l’écriture moderne. Les auteurs avaient tous le même rêve : passer chez Pivot. C’était une consécration. La petite Nothomb s’y est immortalisée par son chapeau et ses mitaines. Je me souviens de Villepin qui avait écrit un essai sur Napoléon. Que ne s’est-il limité à la littérature celui-là ? De Catherine Millet. J’ai couru acheter son livre le lendemain à l’aube. Et de tant d’autres. C’est à cause de d’Ormesson que je me suis mis aux Mémoires d’Outre Tombe. Chateaubriand n’était pas bonapartiste, loin de là. Il entendit le canon de Waterloo où les Français se faisaient mettre en pièces et son cœur se serra. Avec l’exil de l’Empereur, il constata qu’en France tout s’était arrêté. À croire qu’il n’y avait plus de graisse pour les chariots. Avec Sarkozy, c’est l’effet inverse on a retrouvé  toute la graisse qu’il fallait. Clausewitz

 

22:48 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.