Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/07/2007

Egypte excision. Mort d'une fillette de 12 ans

Égypte excision. Mort d’une fillette de 12 ans

 

11 juillet 2007

 

 

Badour Shaker (12) est amenée par sa mère, Zediab Abdel Ghani, pour excision, chez une femme médecin dans une clinique illégale de Magagh dans le sud de l’Égypte. La maman verse au médecin la somme de 8 $ pour pratiquer l’intervention. La fillette meurt en cours d’opération. La doctoresse essaie d’acheter le silence de la mère en lui proposant 3000 $ . Celle-ci refuse et accorde une interview au quotidien Al Masri Al Youm. L’événement provoque un certain tumulte dans le pays.  L’autopsie montre qu’il s’agit d’un surdosage d’anesthésique. Le ministre égyptien de la santé, Hatem al-Gabali, décide d’interdire à tout médecin et à tout membre du corps médical de procéder à l’excision dans les établissements publics et privés. « Toute ablation de certaines parties génitales sera considérée comme une violation de la loi et tout contrevenant sera puni ! » Il s’agit d’une interdiction définitive ! ajoute le ministre. Cette interdiction existe depuis 1997, mais n’a jamais été respectée. Les chiffres sont accablants : 97% des femmes égyptiennes seraient excisées. Ce pourcentage astronomique est difficile à croire. Il est pourtant confirmé par toutes les sources. Les officiels égyptiens le contestent, mais admettent 65 à 80%. En y regardant de plus près, on constate que les « autorités » avaient déjà interdit les mutilations sexuelles dans les années 50. La loi n’a pas la même force partout.

 

Et en Belgique ? On vient de découvrir une clinique de chirurgie clandestine en pays flamand. Quid des mutilations sexuelles dans notre pays ? Il faudra attendre la nomination d’un autre ministre de la justice. Celui-ci pourrait être juge et partie. Nous ouvrons immédiatement l’enquête. Clausewitz

 

Sources : La Tribune.fr et 7 SUR 7

 

 

09:23 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.