Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/07/2007

Dopage: le précédent de la Prohibition

Dopage : le précédent de la prohibition 29 juillet 2007 Bien plus vite que je ne le pensais, voilà le contrôle du dopage en crise majeure. Au point de faire chanceler cette épreuve reine : le Tour de France. Les journalistes parlent de Tour de farce. Le mot n’est pas trop fort. Je ne reviendrai pas sur les détails de cette comédie. Je m’interroge. Nous avons sous les yeux, cela ne date quand même que de 1933, les absurdités de la Prohibition aux USA. En 1920, huitième amendement, prohibition ; en 1933, vingtième amendement, suppression de la prohibition. Certaines bonnes âmes ont cru qu’en interdisant la vente d’alcool, les citoyens allaient moins boire ! Non, la prohibition a provoqué tellement de désordres qu’il a fallu y mettre fin pour sauvegarder la paix publique. D’après Mark Thomton, de l’Auburn University en Alabama, la prohibition a profité aux trafiquants, provoqué une flambée de criminalité, transformé le gouvernement en Grand Inquisiteur, augmenté les dépenses publiques dans des proportions astronomiques (douaniers, policiers, gardes côtes) et fait éclore une corruption généralisée dans les services concernés, avec pour résultat une augmentation de la consommation d’alcool. Autre conséquence : apparition sur le marché d’alcool trafiqué, mal distillé, avec de l’alcool méthylique (à brûler). Un économiste Ludwig von Mises écrit : « une fois admis le principe que le gouvernement a pour mission de protéger les hommes de leurs propres folies, aucune limite n’est à prévoir dans le progrès de l’inquisition ». En termes clairs, il se transforme en Big  Brother.             Appliquons tout ceci au contrôle du dopage. Le profit des dopeurs : les laboratoires pharmaceutiques qui fournissent les coureurs en produits dopants. Je me suis laissé dire que 90% de la production d’EPO était destinée aux sportifs et seulement 10% aux malades. Cette molécule, fabriquée par génie génétique, coûte un prix fou et est très difficile à détecter. Les labos sont à l’abri de tout reproche, c’est pour les malades qu’ils travaillent ! Les instance sportives transformées en grands inquisiteurs. Rappelons le cas de Michael Rasmussen. Il est chassé du Tour parce qu’un quidam a cru le voir en Italie alors qu’il prétendait être au Mexique. « Mensonge ! » s’écrie l’Union Cycliste Internationale. Cette dernière communique (avec retard) le fait au Tour de France. Qui ne les croit pas. On laisse partir le cycliste, puis on le casse alors qu’il vient de gagner une étape et qu’il endosse le maillot jaune. Aucun dosage, aucune preuve de dopage. Un hurluberlu propose de parquer les coureurs dans un camp où on pourrait les contrôler tout le temps. Pourquoi ne pas proposer une cellule d’analyse qui doserait le sang en permanence ? L’inflation des dépenses : les frais engagés par les contrôles pèsent de plus en plus lourd sur les épaules des organisateurs. Corruption généralisée : elle est connue depuis longtemps. On contrôle qui on veut. C’est l’arbitraire. Il  y a toujours moyen d’y échapper et, ou, de faire croquer un autre (Toujours l’affaire Lewis Ben Johnson). Augmentation de la consommation de drogues. Indirectement, on a fait une telle publicité au dopage que le moindre petit coureur se sent obligé de se droguer avant de se mettre en piste. Ces sont surtout les anabolisants qui ont la cote. Ils sont d’un prix abordable et tout le monde en use et en abuse. L’EPO et les transfusions alambiquées sont dangereuses et exigent des compétences médicales et des techniques qui ne sont pas à la portée de tous. Si on faisait une enquête sérieuse, il serait très aisé de débusquer ces spécialistes. Les cherche-t-on seulement ? Médicaments trafiqués : sur le marché parallèle, on trouve des produits dopants de toutes les origines. Il est même facile de se procurer de l’hormone de croissance pour la somme de 800€ par mois. Qualité non garantie. Dans le prochain blog je ferai des propositions constructives quant à la suite à donner à cette absurdité. Clausewitz

17:55 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Merci pour votre article sur le dopage au Tour de France
c'est hélas une triste réalité dans la plupart des sports
aujourd 'hui l 'argent est tellement présent qu' il pousse
les athlètes à se doper pour réaliser des exploits bien rémunérés!!!
Il ne reste plus que les sports amateurs qui respirent
l'honnêteté..

Écrit par : vayhair | 29/07/2007

Les commentaires sont fermés.