Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/08/2007

OGM, grosboutiens et petits boutiens

OGM, grosboutiens et petits boutiens

 

10 août 2007

 

 

La France, qui en raffole, est de nouveau coupée en deux. Comme dans les voyages de Gulliver : ceux qui coupent le petit bout de leur œuf à la coque contre ceux qui le mangent par le gros bout. Il y a les Ogéemistes et les Antigéemistes. Chez Gulliver, les deux camps sont également fanatiques. Ici ce sont surtout les Antis qui font une véritable croisade. Ceux qui paraissent à la télévision sont pâles, frénétiques, animés d’une sainte fureur hormis, il faut le reconnaître, le moustachu José Bové qui a trouvé le moyen de devenir mondialement célèbre avec tout ce que cela rapporte. Les Ogéemistes vous disent simplement qu’ils cultivent un maïs insensible aux parasites, donc plus d’insecticide[1], qui nécessite 50% d’eau en moins, et rapporte 25% plus d’épis. Ils ne peuvent le vendre qu’en Espagne, pays libre, où les OGM sont autorisés. Cinq pays produisent des OGM. Les USA et le Canada, le Brésil et l’Argentine mais aussi la Chine, l’immense Chine. De nombreux états en autorisent la vente dont l’Égypte, l’Afrique du sud et l’Espagne. D’autres, dont la France, autorisent les expériences de culture en plein champ. C’est ce que combattent nos antigéemistes qui fauchent en cachette les champs cultivés. La production de maïs OGM pourrait être d’un formidable apport pour une agriculture à bout de souffle faute de débouchés, qui ne survit que grâce aux subsides européens. Allez dire cela à un fanatique. Il vous répondra : « le pognon évidemment ! Faut-il sacrifier l’avenir de l’humanité à un peu de pognon ? » Les consommateurs de maïs transgénique sont déjà près de trois milliards. L’humanité  est donc déjà foutue ! CQFD. Cette hystérie rappelle celle de la Réforme où, surtout en Allemagne, on vous massacrait si on vous trouvait porteur d’une image de la Vierge. (Les catholiques n’étaient pas en reste). Je frémis au sort qui attend les cultivateurs d’OGM. Verrons-nous des exécutions, Iront-ils jusque là ? Avec les intégristes tout est possible. Clausewitz

 



[1] Les écolos ne sont pas à une contradiction près.

 

07:51 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

07/08/2007

La tripartite, c'est parti!

La tripartite, c’est parti ! Le 7 août 2007 Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais la petite phrase du sénateur libéral flamand, PatrickVankrunkelsvelde est plus qu’une simple hirondelle qui passe. « Je ne plaide pas pour une tripartite, mais c’est beaucoup plus difficile sans Di Rupo… » C’est beaucoup plus difficile ? C’est même impossible ! On le sait depuis les élections. Comment, en effet, sans eux, réunir une majorité des deux tiers pour réformer la constitution ? Didier Reynders ne bougera pas sans l’accord d’Elio. Ils se tiennent par la barbichette. Mais, la belle mère Milquet est là derrière. Elle fait du charme à Reynders. Elle lui a même offert un cadeau pour son anniversaire. Elle veut récupérer Elio parce que Elio, c’est sa politique. Elle n’en a rien à battre des libéraux qui veulent une véritable gestion de l’état, alors que la gauche veut continuer à dilapider : le chômage confortable, les mutuelles florissantes, les fonctionnaires en surnombre, les entreprises taxées à en fermer leurs portes, le travail sous toutes ses formes mis à l’index comme une obsession ridicule. L’atout majeur pour en revenir à tout cela : la nécessité de cette foutue majorité des deux tiers. Les Flamands devront renoncer à toute politique constructive tant qu’ils seront obsédés par le communautaire. La transaction sera : « vous voulez évoluer dans le communautaire ? Continuez notre politique de gauche clientéliste ! Charleroi etc. Pas de baisse d'impôts, nos électeurs n'en payent pas» (On n’est qu’au début des affaires. Le plus beau reste à venir. On n’a pas encore ouvert le dossier liégeois). Voilà pourquoi, depuis le début des négociations, madame Milquet sabote. On parle de baisse fiscale ? Elle s’y oppose en demandant « baisser quoi ? » alors qu’il s’agissait du simple effet d’annonce d’un Leterme en train de boire la tasse et qu’elle le savait très bien. Et snif Angelica ! (Tiens, on n’en parle plus de celle-là). Leterme le maladroit,  (comme on disait jadis Charles le chauve) va-t-il réussir ? Toute honte bue, il va falloir ramener les socialistes aux affaires. Encore avec Leterme ? N’y a-t-il pas, dans l’ombre, un Flamand qui attend son heure ? Un roublard comme l’était le «démineur» Dehaene ? Un tordu, comme Martens ? Un vrai homme d'état, comme Tindemans? L’ex CVP a connu de nombreuses crises, mais c’est un parti politique solide. La réserve est pleine de talents divers. Attendons encore quelques jours. Clausewitz

08:30 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

06/08/2007

La folie des OGM

La folie des OGM

 

6 août 2007

 

 

Encore une grande carmagnole sur les OGM ! C’est curieux comme la France a besoin d’indignation. « Il nous faut un quart d’heure d’indignation tous les matins » me disait le maire d’un petit village de Provence. Pour s’indigner, comme pour faire la guerre, il faut une sainte cause et un leader au dessus de tout soupçon. Pour les indignationnistes, les OGM sont une bénédiction. Le grand public n’y comprend rien. Normal, c’est un sujet qui demande des connaissances de base. Vous connaissez, vous, l’acide désoxyribonucléique ? Et le ribonucléique ? Qu’est-ce qu’un plasmide, qu’est-ce que l’insertion d’un gène dans une chaîne nucléique ? Pour les manifestationnistes tout cela n’est pas nécessaire. L’homme à la moustache d’Astérix a l’air si sincère, son indignation est si forte, il a même été en prison pour sa foi !  Il faut le suivre ! Celui-là au moins, il a l’air honnête. En France, il y toujours une petite révolution dans l’air, un petit vent de 14 juillet. La prise de la Bastille ? Parlons-en. Une poignée d’hystériques sagacement excités par des experts, le pain un peu cher…La veille, pour se mettre en train, sous la direction des moustachus, on avait pillé les magasins Réveillon. La Bastille forteresse imprenable, symbole du pouvoir absolu ? Il y avait encore six prisonniers dont un malade mental. Le gouverneur était un bon papa qui n’imaginait pas qu’on puisse s’en prendre à sa vieille prison branlante. Il n’ose pas faire donner le canon et finalement se laisse emporter par le flot des énergumènes d’autant plus courageux qu’il n’y a pas de danger. Et il est pendu. Quelle gloire ! À la prise de la Bastille, tous les freluquets y étaient. Ils s’en vantaient encore devant leurs arrières petits enfants. Un peu comme s’ils avaient participé à la guerre de Troie. Que la lutte contre les IGM soit absolument contraire à tout bon sens, à toute information scientifique, à l’avenir des pays du tiers monde, à l’avenir de l’agriculture française, peu importe ! D’ailleurs, c’est encore un coup des Américains. Il ne peut rien venir de bon de chez ces gens-là. D’après Claude Allègre[1], en Zambie, où trois millions d’habitants sont menacés de famine, le président Levy Mwanawasa refuse l’aide alimentaires des USA parce qu’il s’agit d’OGM. Il sera suivi dans cette démarche stupide et criminelle par le Soudan, le Zimbabwe et le Mozambique.  Ce qui nourrit chaque jour des millions d’Américains ne peut pas nourrir des millions d’Africains qui meurent de faim. Demain, le monde sera OGM. Un marché de 120 milliards de dollars. À cause des zozos qui  expriment aujourd’hui leur sainte indignation, la France, hier grand compétiteur, en sera exclue et regardera mourir son agriculture.

 

La complaisance des médias ? Le philosophe Dominique Lecourt[2] dit : C’est le catastrophisme technophobe et son sous produit le journalisme d’épouvante. Clausewitz

 



[1] Claude Allègre Ma vérité sur la planète. Plon 2007

 

[2] D. Lecourt. Humain-post-humain. PUF 2003

 

09:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

01/08/2007

Angelica, démagogie et cinoche

Angelica, démagogie et  cinoche

 

31 juillet 2007

 

 

Déchaînement de démagogie et de misérabilisme dans le cas de la petite Angelica. Toute la presse aux ordres de Di Rupo et de Milquet se déchaîne de mauvaise foi. RTBF en tête. Le cas de la maman devient le cas « Angelica ». C’est la maman qui est en Belgique frauduleusement. La petite fille est avec elle, mais ce n’est pas elle qui est en voie d’expulsion. C’est la mère. Et la mère se retranche derrière la fille pour tenter de se justifier. Il y a  quatre ans qu’elle est en Belgique et qu’elle n’a entrepris aucune démarche pour se faire intégrer. On l’enferme et on lui laisse sa fille. Qu’aurait-on hurlé si on l’avait séparée de la petite. Cette dernière intelligente et rusée comprend très vite le rôle qu’on lui fait jouer. La lettre au Roi, dictée par un adulte jouant les naïfs, est portée au palais royal et jetée à un militaire. Les caméras sont  là. La sentinelle part avec le chiffon et c’est tout. Le Roi n’a qu’à savoir ce qu’il doit faire.  Madame Milquet se fait interviewer complaisamment. Les négociations progressent-elles ? Réponse : « Pour le moment, comment avoir en tête des détails comme le budget alors qu’une petite fille va être expulsée ? » Snif. Elle voudrait saboter les accords qu’elle ne s’y prendrait pas autrement. Ce gouvernement sans ses chers socialistes la répugne. Tout est prétexte à sabotage. Elle tient Leterme à la gorge. Il ne peut se passer de ses voix. S'il échoue, ne va-t-on pas être obligé d’aller vers une tripartite? Avec son cher Elio? Je ne suis pas Geneviève Taboui, mais je prédis encore bien du souci à ce pauvre Leterme auquel elle n’a pas fini de chercher querelle. Pour en revenir à la maman d’Angelica, elle s’est jetée au sol et s’est débattue pour dramatiser l’événement alors qu’elle savait très bien qu’il lui suffisait  de refuser de partir pour qu’on la ramène et que l’on organise un deuxième transport, contraignant   celui-là. Elle montre une petite érosion à la jambe. Elle affirme que les policiers l’ont frappée. Tout qui a vu ses images à la TV a compris que c’était une tricheuse et une faiseuse d’histoire. Elle a derrière elle les socialistes, les écolos et la belle madame Milquet. Tous ceux qui ne participent pas aux négociations ou qui les sabotent. Une sorte de nausée me prend à regarder tout cela et j’ai bien l’impression de ne pas être seul. Clausewitz

 

06:30 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (4)