Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/06/2009

La maladie du MR

Blog du 8 juin 2009 la maladie du MR

 

 

La maladie du MR.

 

Alors que partout en Europe, même en Flandre, la droite redresse la tête, en Belgique francophone elle pédale dans la choucroute.

 

Chez nous, il  n’y a plus de vrai centre droit.  Le PS peut perdre tant qu’il veut, il pourra toujours compter sur l’appoint du CDH et d’Écolo (vert dehors, rouge dedans), ce qu’ils appellent l’olivier.  Le CDH, ancien PSC, a phagocyté son aile droite (appelée jadis CEPIC) pour se noyer dans sa tendance gauchiste. Le coupable : Gérard Deprez. Dès son arrivée et grâce à la désormais omnipotence du comité directeur, il organisa la chasse aux mandataires de centre droit et ne fit plus élire que des démocrates chrétiens. Il l’a payé de sa carrière politique car il se crut bien avisé de mettre le pied à l’étrier d’une petite femme jolie mais intellectuellement quelconque (pensait-il), Joëlle Milquet. Il fallait bien qu’il fasse une pause dans sa carrière de président qui traînait en longueur. De toute manière, il allait continuer de diriger le parti en tirant les ficelles de sa marionnette. Comme souvent, c’est la marionnette qui le mangea!  Joëlle était une gauchiste pur fruit. C’est elle qui fit abandonner toute référence au christianisme. Le nouveau parti, officieuse officine socialiste, continue de surfer sur une masse importante d’électeurs chrétiens et de membres des classes moyennes désormais sans port d’attache. On peut tout se permettre : on a donné le droit de vote aux non belges. Il y a  des femmes voilées sur les listes. Laxisme dans la sécurité, euthanasie, destruction des indépendants et des classes moyennes etc.

 

Gérard Deprez comprit trop tard son erreur. Il se souvint alors de la frange droite du PSC. Pensant la rallier, il fonda un nouveau mouvement, le MCC, et vint demander l’hospitalité au MR. Autre erreur de jugement chez un garçon qui, jusqu’alors, s’était illustré pour son machiavélisme.

 

Avec un peu de culture politique il aurait dû se souvenir de l’accord immémorial socialiste libéral. Pour mémoire : les innombrables cartels « libéral socialiste »  de jadis, qui se dressaient partout où les catholiques étaient majoritaires. Au MR, en raison de ses profondes racines maçonniques, tout ce qui vient de la mouvance chrétienne est impitoyablement barré.

 

Il y a une masse considérable d’électeurs de centre droit qui hésitent désormais à voter CDH et qui se refusent à voter MR pour les raisons ci-dessus. Ils se précipitent alors dans l’autre piège : les écolos. Du temps où on allait à l’école on disait : ils tombent de Caribe en Sylla : le CDH et Écolo sont de gauche et par définition à la remorque du PS.

 

Le MR devrait profiter de la vague droitière de l’Europe dans le sillage de Nicolas Sarkozy.  Mais, pour les raisons ci-dessus, il n’inspire pas confiance. Il faut ajouter que ses dirigeants ne sont pas très sympathiques : fils ou fille de leur papa, ils procèdent peu ou prou de la morgue irritante de Didier Reynders. Le personnel politique se renouvelle mal. C’est vrai dans tous les partis puisque les nouveaux ne sont cooptés par les anciens que s’ils sont inodores, incolores et insipides.

 

Il manque donc une formation fraîche de centre droit un peu dans le style de la liste Dedecker en Flandre (mais, hélas, elle est surclassée par les extrémises flamingants de tout poil).

 

Dernière remarque : pour fonder un parti crédible, on dit qu’il faut vingt ans de travail.

 

Ce n’est pas demain la veille.

 

Clausewitz

 

16:59 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Je suis un pur gauchiste dans mon âme, vous ne m'apprécierez pas trop. Mais comme vous, je regrette sincèrement l'inexistence totale d'un parti de droite qui ne soit pas axé uniquement sur la baisse du taux d'imposition. Et oui, comment pouvons-nous lutter à gauche contre un parti qui ne propose rien, qui prend des voix à coup de campagnes marketings les plus basses qui soient. Reynders n'a qu'une idée en tête : appliquer son idéologie néo-libéral quoi qu'il en coûte, il est persuadé que c'est la seule solution. Pourtant l'idéologie néo-libéral n'est pas basé sur une quelconque réalité, ni une quelconque science. C'est du même ordre que la croyance en Dieu (désolé, si je vous choque, ce n'est pas le but).

Ceci dit, le CDH avait besoin de nouveaux électeurs, je ne suis pas sûr que ce parti aurait encore autant de succès si il était resté tel quel. Mais, qu'attendez-vous ?

Écrit par : Siko | 08/06/2009

Les commentaires sont fermés.