Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/10/2009

Délinquants sexuels récidivistes

Délinquants sexuels récidivistes.

 

Ce sont les violeurs assassins qui doivent nous préoccuper. Ceux- là, quoique disent nos bons psychiatres, récidivent toujours. Il ne faut pas les confondre avec les grand pères tripoteurs ou les grands frères exhibitionnistes. Le prédateur type c’est Patrick Henri, si inopportunément sauvé de la guillotine par maître Badinter.  À peine relâché de prison par les moutons du pardon à tout crin, il se lance, et est attrapé dans un trafic de drogue. À l’époque j’avais été injurié par de braves gens qui en faisaient presque un saint. Il avait fait des études en prison, un imprimeur naïf lui offrait du travail. Il a été arrêté presque tout de suite. S’il avait pu vivre un moment en liberté, je suis certain qu’il se serait refait un petit garçon. Et là, même au prix d’émeutes, on aurait rétabli la peine de mort.

 

Dans les débats télévisés, il y a toujours des représentants des victimes. Parce qu’il crient vengeance, on essaie de les faire passer pour des criminels.  Les gauchistes et les psychiatres tiennent avec les assassins au nom de la « rédemption ». On ne peut pas condamner un homme à la prison perpétuelle. C’est pire que la peine de mort !

 

La question est simple : comment empêcher la récidive ? Il est impossible de prévoir leur comportement futur. Ils récidivent tous.

 

- Ce n’est pas vrai rétorquent les angélistes ! Il n’y a que deux pour cent de récidive. Mais cela fait un nombre impressionnant d’enfants massacrés, dépecés, enterrés vivants. Quand vont-ils, au nom de la rédemption, libérer Fourniret et Dutroux ? La réponse est simple : tous les criminels sexuels doivent être bouclés à perpétuité ou, mieux, il faut, pour eux, rétablir la peine de mort. C’est la seule façon d’empêcher la récidive. 

 

La castration chimique est une aimable plaisanterie. La testostérone ? On la trouve partout au marché noir des anabolisants pour sportifs. Pour retrouver son sexe, le « castré chimique » peut se renflouer à la testostérone pour quelques dizaines d‘euros.

 

Il reste bien sûr la castration chirurgicale qui, elle, est irrémédiable. Mais allez proposer cela aux angélistes pro criminels qui nous gouvernent…

 

Nous ne sortirons pas de ce dilemme.

 

Clausewitz

14:34 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour.A mon avis, la culpabilisation et la pénalisation de la sexualité qui sèrt depuis surement des millénaires a l'èsclavagisme, comme a son compère le proxénétisme ,devient en ce moment de dépression financière,de chomage, a mon avis ,une bonne vache a lait qui pèrmet de prélever un tas de fric aux malheureux exclus de la société,sous le prétexte de soigner les sexualités "déviantes et impudiques ".
Voila que la castration chirurgicale qui se pratiquait normalement depuis des lustres, jusque dans les années 50, pour les exhibitionistes ,les homosexuels ,etc... sans poser de problème de santé, ni de médication a pèrpète, devient subitement honteuse,immorale ? :-D
Cette orchidèctomie,devient tout d'un coup un épouventail horrible a dèstination de la population ignardes, et doit céder subitement la place aux chimiothérapies couteuse bien plus pudiques ? :-D
Cèrte la société, ne semble toujours pas disposée a vouloir entendre parler d'eunuques rèspèctables , mais elle veut bien encaisser les bons billets sèrvis par ces exclus ?
A mon avis, il y a surement bien des exhibitionistes qui se débarasseraient volontier de leur maudite sexualité ,rien que pour avoir la paix ? ;-)

Écrit par : Sortilège | 22/10/2009

Les commentaires sont fermés.