Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/12/2010

Circulation routière

Blog du 9 décembre 2010 Circulation routière

 

Belgique.

 

 

La circulation routière est catastrophique. L’explication : la neige et les intempéries. Il n’y a plus de sel nulle part, alors qu’on avait annoncé, avec les trompettes thébaines, que toutes les précautions étaient prises et que nous disposions de stocks de sel pour un hiver sibérien. Toujours l’effet d’annonce.

 

            Mais les combines ont continué : la spéculation, les bakchichs, les détournements : on aura tenu une semaine ! Les fournisseurs disent que les réserves sont vides. Sans doute pour augmenter les prix. « Il va falloir faire venir le sel de Sibérie, (pourquoi pas de la lune ?), ou de plus loin encore. » Et cela va nous coûter la peau des fesses. On profite des intempéries pour augmenter le prix des carburants, sous  des prétextes ridicules comme la faiblesse de l’euro, alors que l’euro n’a pas baissé par rapport au dollar. C’est la faute aux spéculateurs ! Les premiers d’entre eux ne sont-ils pas les politiciens qui prélèvent des accises astronomiques.

 

Jadis les pompistes en colère affichaient « Ici on vend des taxes avec un peu d’essence dedans ». C’est toujours vrai.

 

            Les routes se dégradent, à cause du froid, dit-on. Elles étaient déjà en piteux état avant le froid. Il n’y a jamais d’argent pour les entretenir. Les ministres se succèdent dans l’impuissance. Ils se contentent de parader à la TV. Le précédent était imbibé de vin rouge. Celui-ci, fils de son papa,  n’a même pas le format nécessaire pour nous débarrasser de son encombrante présidente, omnipotente négativiste, alors qu’il a été élu à ce poste.

 

            Les encombrements ne datent pas de la neige. Tous les jours, sur RTL, c’est la longue description des embouteillages, des encombrements et des heures que vous allez perdre au volant parce qu’aucune mesure de réduction n’est prise. Pourquoi, par exemple, admettre les « pertes de chargement » ? Qu’ils arriment convenablement leurs produits ! au lieu, par négligence, d’obstruer  les autoroutes. Pourquoi tous ces camions qui se couchent, pourquoi tous ces véhicules en panne ? Actuellement, les voitures modernes ne sont plus jamais en panne. Il faut pénaliser les vieux clous, les chauffeurs incapables de conduire, les camions délabrés. Le ring de Bruxelles, c’est l’enfer quotidien. Depuis de nombreuses années, la route de Liège est bloquée, à Bertem, tous les jours.

 

            Vous n’avez qu’à prendre le train ! Oui, quand il roule, quand il ne déraille pas, quand les contrôleurs ne sont pas en grève ; et les machinistes ; et les femmes d’ouvrage; et tous les hommes en casquette, qui n’arrêtent pas de faire enrager les usagers dans des trains toujours en retard. Comme pendant la guerre.

 

            Quand les Anglais ont privatisé les chemins de fer, la RTBF faisait des gorges chaudes au moindre accident sur les lignes britanniques. La SNCB est toujours publique (jusque-s-à- quand ?) et les accidents et les incidents  ne cessent pas[1]. Il n’y qu’à examiner le facies des responsables de l’entreprise : ils rappellent les plus belles têtes des ex dirigeants des démocraties populaires.

(À suivre) Clausewitz

 

.



[1] Cf la partouze dans le poste de contrôle lors du déraillement de Buizingen

11:33 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.