Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/12/2010

Les Wallons votent pour les combinards

Clausewitz, blog du 23 décembre 2010

 

Les Wallons votent pour les combinards.

 

Je ne suis pas un supporter de Bart Dewever, mais je souscris à certaines de ses réflexions. Elles sont  impossibles à émettre en Wallonie où la presse est pieds et poings liés aux socialos à commencer par la télévision. Ainsi en va-t-il de l’amour des Wallons pour les voleurs et les amateurs de prébende. Je m’étonnais jadis que le bourgmestre de Seraing, truand homologué, fût, chaque fois, réélu triomphalement.

 

            - Tu n’as vraiment rien compris ! me disait ma femme. C’est un truand, d’accord ! Les pontes financiers de Bruxelles viennent d’offrir une bague de 12 millions à sa maîtresse, dringuelle au portier, pour l’obtention de terrains où ces messieurs allaient construire pour des dizaines de milliards de bureaux officiels. Il roule en décapotable rose. Tout le monde sait qu’il tient une maison de luxe pour rendez-vous galants. On a voulu arrêter cette fameuse maîtresse. Elle avait détourné des actions en masse. Elle a été prévenue par les flics liégeois et s’est réfugiée en Hollande, jusqu’à ce que tout se calme. On vote pour lui ? C’est parce qu’on estime qu’il a raison ! À sa place, ses électeurs feraient la même chose. C’est Dallas ! Ce sont les plus mauvais qui sont les grands héros de la série. Voir JR.

 

            Dewever remarque : alors que la ville de Charleroi a été le nœud de scandales financiers immenses, les socialos n’ont pas perdu une seule voix dans le Hainaut.

 

Tout est combine, spéculation (voir le sel d’épandage), pots de vin, prébendes et on vote toujours pour eux. Personne n’a encore osé fourrer le nez dans les affaires liégeoises (ce n’es pas demain la veille !). Il y a juste la tête de Michel Daerden qui apparaît parfois. Mais tout le monde chante : « il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres ». On applaudit quand il fait le mariolle à la TV française.  Pire, nous en sommes fiers. Lui qui n’a pas été foutu d’entretenir nos routes alors que, disait-il, l’argent était dans les caisses.

 

            . Un de mes patients, employé de mutuelle, me disait : « C’est malheureux, je suis ici à ne rien faire, alors que j’ai tant de travail à la maison… »

 

            Les Flamands en ont marre de payer tout cela. Ne finirait-on pas par les comprendre ?

 

 

Clausewitz

 

           

11:18 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.