Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/02/2011

La Belgique n'est plus qu'une ville

 En Belgique, il est impossible, sauf peut-être dans les Fagnes, dans un tour d'horizon, de ne pas voir une maison. Nous sommes encacqués, les uns sur les autres. Est-ce un bien, est-ce un mal? Une chose est sûre nous ne formons plus qu'une ville. Si nous étions dirigés par des hommes d'état, ils auraient pris la mesure du problème et auraient proposé des solutions.

 

En voici quelques-unes toutes simples. A Seattle (dans l'état de Washington, siège de Boeing) les usines et les bureaux ouvrent et ferment à des heures différentes. La circulation est diluée sur 24 heures au lieu que, comme chez nous, tout le monde se précipite pour être au bureau à 9 heures. Voir le bouchon éternel à Bertem chaque matin depuis trente ans. Si les heures de bureau étaient ventilées. Les embouteillages fondraient comme neige au soleil.

 

A Athène et à Abidjan, les embouteillages monstres ont forcé les autorités à ne  laisser rouler un jour que les plaques paires et le lendemain les plaques impaires. Voilà les embouteillages divisés par deux.

 

Les voitures, stupidement grosses, ne contiennent, le plus souvent, qu'une seule personne. Pourquoi ne pas donner la priorité aux véhicules avec plusieurs passagers? Les solitaires devraient attendre. Ne peut-on, dans les parking, faire payer place double aux véhicules longs? Favoriser les petites voitures?

 

On a parlé de faire payer, comme à Londres, une taxe aux véhicules pénétrant dans Bruxelles point névralgique de la Belgique, qu'attend-on pour le faire?  Pourquoi ne pas favoriser fiscalement les entreprises qui s'installent en dehors du carcan bruxellois? A notre époque d'internet et de média sociaux qu'a-t-on besoin de s'encaquer autour du Maneken piss?

 

Ne pourrait-on réparere les routes en travaillant, comme aux USA, 24h/24. Ici les ouvriers sont, tout le temps, appuyés sur leur pelle et les travaux n'en finissent pas. Les firmes ont versé tant de pots de vin aux politiciens qu'ils n'osent plus  faire respecter leurs délais.

 

Il nous faudrait des politiciens-hommes d'état. Il n'y a pourtant pas que des imbécile dans notre pays. Mais ils ont fui la politique parce que, dans les partis, tout est combine. On y suit la devise du duc d'Orléans, régent de France: "TOUT A LA FAVEUR, RIEN AU MERITE!"

16:16 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.