Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/06/2011

Revoir Françoise VIII

Il était gigantesque, un vrai Viking. Tout était  roux ou rouge, jusqu’aux couleurs de son tartan. Il était vêtu du kilt. Ses  grosses chaussettes de laine étaient de la  même couleur, avec des passants jaunes et un poignard dans le bas droit. Sur le devant du kilt, il portait une sacoche noire avec des motifs blancs bondissants. Sa chemise était blanche avec une cravate de son tartan.  Il était nu tête, ébouriffé, avec d’énormes moustaches rouges.

-Servez-vous, dit-il.  Vous viendrez vous asseoir à la grande table, Duncan, (le maître d’hôtel) vous indiquera votre place.

J’ai toujours adoré le breakfast britannique. Je bus un long jus d’orange et emportai une large portion d’omelette au jambon. Je fis suivre tout cela d’un panier de croissants avec du beurre et de la marmelade. Duncan me plaça en face du maître et m’apporta une cafetière brûlante.

-Et alors, mon petit, (à côté de lui, avec mon mètre quatre-vingt-cinq, j’avais l’air d’une poupée) on se fait au petit déjeuner écossais ?

-J’ai toujours été fan de votre breakfast. Je me demande pourquoi il est si difficile de s’y mettre sur le continent.

-C’est tout simple, vous n’êtes pas assez civilisés. Les Français arrivent au bureau, plic, ploc, entre neuf et dix heures. À midi et demie, ils sont déjà au restaurant et cela dure jusque  trois heures. Pour placer un breakfast britannique avant toutes ces trainailleries, ils devraient se lever beaucoup plus tôt et cela les horrifie.

-Vous êtes toujours aussi antifrenchie ?

-Non, je les aime bien, mais ils ne sont pas sérieux. Cela a toujours énervé les Britanniques.

-Qu’attendez-vous de moi ?

Il se mit à rire. On aurait dit le cri d’une baleine dans une caverne.

-Vous connaissez Agatha Christie et son Hercule Poirot : un détective belge avec une moustache très soignée ? Je me suis dit qu’une semblable présence ne ferait que du bien à notre enquête. Mon ex belle-fille prétend que vous êtes la finesse même. Mais elle est peut être amoureuse de vous.

Nouvel éclat de rire à faire trembler les vitres.

Faussement modeste, je répondis que j’étais très intéressé par les affaires embrouillées mais que je préférerais en discuter dans un bureau discret.

-Ok, dit-il. Nous allons tout d’abord faire un sort à toute cette mangeaille.

Françoise entra dans la salle sans nous jeter un regard. Elle prit deux croissants et un jus d’orange. Duncan vint la prendre par le bras et la conduisit à la table impériale.

Les commentaires sont fermés.