Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/06/2011

Revoir Françoise XIV

Donald buvait  plus en plus. Les gardes allaient le rechercher ivre mort dans les tavernes. Murdoch se fâchait, implorait, tempêtait, conseillait une désintoxication. Il n’entendait plus rien. Charlène m’en voulait : c’était de ma faute. Ailein essayait de la calmer. Elle disait que je n’avais rien à voir là-dedans. Mais elle avait sa petite idée sur la question  et me regardait d’un œil mauvais. Un soir Donald et Ailein se rendirent à une fête à Aberdeen. Ils étaient dans la nouvelle Range, un monstre de puissance et de vitesse. Ils quittèrent les festivités à trois heures du matin. Des amis voulurent le dissuader de reprendre le volant. Il fit une colère qui terrorisa tout le monde. Titubant, il remonta dans son char d’assaut. Ailein, qui était aussi saoule que lui, négligea d’attacher sa ceinture de sécurité. Il démarra en trombe et se lança sur la route de Ballater comme on se jette dans le vide. À dix kilomètres d’ici, il entra en collision avec un trente tonnes  au milieu de la route. Il roulait à 160 km à l’heure. Le moteur du camion fut écrasé. Ailein, éjectée, sortit par le pare-brise et fut retrouvée trente mètres plus loin. Donald fut retenu par sa ceinture et coincé par les airs bag. Il fut frappé au crâne par le montant avant droit. Il fallut le désincarcérer. Le conducteur du camion, en position surélevée, était relativement indemne. Il fut capable d’appeler du secours. On conduisit le géant à l’hôpital d’Aberdeen où il fut trépané sur le champ. Hors de lui, Murdoch se précipita dans ma chambre et m’emmena en peignoir. Un hélicoptère ronflait dans le parc. Il nous embarqua avec deux gardes et nous déposa dans la cour de la clinique. L’intervention dura deux heures.  En sortant, les chirurgiens faisaient les grimaces qu’ils font quand il n’y a pas d’espoir. J’attendis longtemps dans la chambre. Le pauvre Murdoch qui, aussi bien que moi avait compris la gravité de l’affaire, n’arrêtait pas de sangloter. Je lui passais la main dans les cheveux avec l’impression que c’était mon mari. Nous allâmes voir Ailein à la morgue. Elle était fraîche comme si elle allait se lever. Quand Donald revint dans sa chambre, il eut un petit moment de conscience. Il me reconnut :

-Oh ma petite Liégeoise, dit-il, je t’ai tant aimée. Je t’ai si mal aimée. Tu disais qu’un éléphant ne pouvait pas saillir une gazelle. Ce que tu ne savais pas,  c’est qu’un éléphant pouvait être amoureux fou d’une gazelle inaccessible… Il expira.

Les commentaires sont fermés.