Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/06/2011

Revoir Françoise XX

Contre-attaque

Nous roulions lentement dans le parc, on devrait dire la forêt, du château de Ballater. Les routes  étaient larges, bien empierrées et étagées sur les pentes de la Dee. Tout à coup, je vis une Range couverte de boue qui, à toute vitesse, grimpait la colline dans  ma direction. J’avais nettement l’impression qu’elle cherchait la collision frontale. Je maintins ma position au milieu du chemin et, au dernier moment, je donnai un grand coup de volant vers la gauche, au risque de me retrouver dans le fossé. La voiture passa si près qu’elle retourna mon rétroviseur de droite.

-Quel est cet imbécile ? criai-je en m’arrêtant.

Françoise s’était retournée et suivait des yeux la Range qui s’éloignait.

-Voilà beaucoup de renseignements en même temps, dit elle à mi-voix.

-Que dis-tu ?

-Ce chauffeur fou c’est Murray MacMurphy, le rouquin décharné qui était à la réunion. Il est avec Helena, celle qui montre si bien sa culotte. Ce sont les enfants des deux filles de Murdoch. Ainsi que leurs mères, ils sont enragés contre Charlène en faveur de qui Murdoch les déshérite tous.

-Et cette bagnole boueuse ?

-C’est vraisemblablement la voiture de Charlène. Ils sont allés la récupérer à Scrabster. Ils ont été joliment vite ou ils y étaient allés avant la réunion de tout  à l’heure.

-Pourquoi nous agresser, nous ?

-Nous sommes dans leur chemin. Un détective belge, tu ne te rends pas compte comme c’est dangereux. Ils éclatèrent de rire.

-Cette stupide agression les porte au premier rang des suspects, tu ne trouves pas ?

-Oui, mais je me méfie des énigmes simples, aveuglantes. Nous devons faire le tour de protagonistes. Je ne leur ferai aucune observation en rentrant ? Nous ferons comme si nous ne les avions pas reconnus.

Nous rentrions juste pour l’heure du thé que nous sirotâmes avec une montagne de friandises écossaises qui nous permirent de tenir jusqu’à l’heure du diner.

-Attention : smoking impeccable, nœud papillon noir (mais on commence à en voir d’autres couleurs, bordeaux par exemple et pantalon avec pli m

-Et toi, que vas-tu mettre ?

-J’ai une robe du soir un peu solennelle. Murdoch n’apprécie guère les robes de cocktail.

-Tu ne veux pas que j’aille t’aider à la passer ?

-Et quoi encore ? Je te l’ai dit : chaque chose à son heure. Tu auras bien besoin de tout ton temps pour retrouver tes accessoires : boutons de manchette etc.

Les commentaires sont fermés.