Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/06/2011

Revoir Françoise XXII

La tentation

Il y a d’horribles supplices sur la terre. En voici un.  Vous êtes en face de celle que vous aimez, la femme de votre vie et, une créature splendide, à incendier les magazines, à mettre le feu partout, avec des yeux qui vous transpercent, commence à vous faire du rentre dedans, et à vous passer par ses airs langoureux. Elle projette sur vous un fluide mystérieux et impalpable. C’est le supplice des compagnons d’Ulysse dans l’Odyssée. Il fallait les attacher aux mats pour qu’ils ne se jettent pas à la mer au chant de sirènes. Avec Hélène, je me doutais que je ne l’intéressais pas du tout. Elle tentait simplement de désarmer un adversaire. Françoise me contemplait perplexe. J’étais comme un petit oiseau dans les griffes d’un chat et elle ne faisait rien. Hélène posa la main sur la mienne et murmura : « Merci d’avoir été si gentil avec moi. Je suis si seule dans ce triste manoir. » Un courant électrique me parcourut. Je fus près de me sentir mal. Heureusement, un deuxième coup de pied vint me rappeler à l’ordre : « Imbécile ! »

Et oui, j’étais ensorcelé. Je me secouai. J’adressais la parole à Murdoch. Il riait sous cape. Comme s’il connaissait ce vieux piège.

-Est-ce que vous vous sentez vraiment bien ? Monsieur le détective belge, me dit-il ironique, sur le même ton qu’il m’aurait dit : c’est un miroir aux alouettes, seuls les imbéciles s’y laissent prendre.

-Je me sens parfaitement bien. Je serais difficile au milieu de ces deux créatures de rêve ! Paf, un bon point ! Comme si elle n’avait rien entendu, Hélène garda le silence. Puis elle me souffla dans l’oreille : « dans quelle aile du château dormez-vous ? ». Je fis semblant de ne pas entendre. La fuite est, dans ce cas, la seule issue possible. Après un moment, elle poussa dans ma main une petite boule de papier avec les chiffres II 27. Françoise n’avait rien vu. Je glissai le message dans ma poche. Je me mis à parler voiture avec Murdoch. Les voitures, autre échappatoire possible. Le rugby aussi, mais je n’y connaissais lamentablement rien.

Rudolph était particulièrement fier de son écurie.  Elle se limitait à des Rolls et des Range Rover toutes récentes.  Deux Rolls et cinq Range.

-Et pas seulement des  vertes ! Ajouta-t-il tout fier.

Les commentaires sont fermés.