Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/08/2011

Revoir Françoise XXXIV le 10 août 2011 Charlène sous surveillance



Le motard de poursuite était grièvement blessé. Il n’était pas interrogeable. On ne disposait d'aucune description de la voiture en fuite. Charlène était murée dans le silence. Gordon, plus ou moins remis de son ko, organisa un véritable siège. Les membres du personnel qui entraient dans la chambre devaient porter un badge et montrer patte blanche. Quand on soignait la jeune fille, un homme du Yard se tenait debout contre la porte.

-Êtes-vous sûrs de la cuisine ? demanda-t-il au chef de service.

-Absolument ! Elle est strictement interdite aux étrangers.

-Je vais placer devant la porte une dame du Yard ayant son diplôme d’infirmière. Les médicaments et les perfusions seront vérifiés par elle selon votre ordonnance. Il faudra sortir les drogues des boîtes de spécialité.

-Je n’ai jamais rencontré un tel luxe de précautions. C’est comme dans les romans sur la Mafia.

-Je viens d’être pris de court deux fois par les kidnappeurs. Je ne me méfierai jamais assez. Ne soyez pas surpris de la surveillance de mes agents.

Charlène continuait sa bouderie. Ou elle avait peur ou elle désapprouvait les contrôles. On allait la laisser mariner à petit bouillon et sembler se désintéresser d’elle.

-Je veux un téléphone portable ! exigea-t-elle.

-Pourquoi un portable ? Vous avez un fixe sur votre table de nuit.

-Un fixe, c’est indiscret. Tout le monde peut écouter ce que je dis.

-Exact ; répondit Gordon qui disposait de toutes les facilités du monde pour surveiller les portables. Vous l’aurez cet après-midi. Je me demande même si je ne pourrais pas vous rendre le vôtre que nous avons trouvé sous le siège de la Land Rover. Vous faut-il un technicien pour le régler ? Avez-vous besoin d’un annuaire ?

-Non, merci, je règlerai l’appareil moi-même et je connais par cœur les numéros qui m’intéressent.

Gordon transforma la petite salle d’attente en chambre confortable avec deux lits jumeaux. Il y avait une douche et des toilettes dans le corridor. Il fit doubler la garde et exigea qu’un agent restât toujours éveillé. Pendant les heures d’ouverture de la clinique, un flic en civil siégeait devant la porte des ascenseurs avec pour mission d’intercepter tous les hommes minces de haute taille.

Une camionnette de police avec deux agents et un nouveau motard sur Triumph stationnaient à l’entrée du bâtiment. Ils notaient les voitures qui déposaient des visiteurs: marque, couleur et plaque. Tout était photographié.

(à suivre)

Les commentaires sont fermés.