Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/08/2011

Revoir Françoise XXXV Le 11 août 2011 Incroyable comptable


Françoise tombait de sommeil Je vais dormir, dit-elle. Viens me réveiller pour le lunch. Je l’accompagnai jusqu’à sa chambre. Elle titubait. Elle se laissa tomber sur le lit et s’endormit immédiatement. Je repris mes interviews. Je frappai à la porte du comptable. Une vraie photo comique. Il avait un crayon rouge et bleu à l’oreille ; il portait une visière verte et des manchettes en lustrine. Avec des lorgnons sur le bout du nez, il n’attendait que l’appareil photographique pour le croquer. J’avais du mal à ne pas rire, un vrai dinosaure; mais aimable, affable, accueillant. Il m’avança un siège et me demanda en quoi il pouvait m’être utile. Je lui demandai comment il comprenait cette histoire de kidnapping. Considérait-il l’affaire comme sérieuse ou plutôt comme une mauvaise blague dirigée contre Charlène elle-même ou contre Mac Murphy. Il garda un instant le silence.

- Il m’est difficile de vous répondre, articula-t-il lentement. Je crois savoir des tas de choses mais je n’en suis pas sûr. La position de Charlène est particulière : tout le monde la déteste ! Tout le monde lui veut du mal à cause de cette histoire d’héritage, mais aussi parce qu’elle est arrogante, prétentieuse et querelleuse. Elle est devenue la véritable maîtresse du château. Cela rappelle la pièce « La ville dont le prince est un enfant (1)». Le Lord en est complètement fou. Il se mettrait à genoux devant elle. J’en suis venu à évoquer, mais c’est certainement faux, une histoire de pédophilie. Dans ce cas, il serait possible que ce fût la petite elle-même qui fasse chanter le patron. Mais cette thèse me met mal à l’aise. Elle est trop invraisemblable. Mac Murphy adorait son fils Donnald. Charlène est tout ce qui lui reste. La question : pourquoi est-il si laxiste avec elle ?

-Quel âge a-t-elle ?

-Elle vient d’avoir quinze ans, mais elle en paraît dix-huit. C’est une femme et c’est une allumeuse. Elle se moque des hommes dont elle a soulevé l’intérêt, d’où, bien des rancœurs.

-Le tableau que vous brossez est bien sombre ; c’est une véritable peste !

-Elle ne s’est jamais attaquée à moi. Il est vrai que je ne suis pas le parangon de la séduction masculine. Il se tordait et moi aussi.

-Vous êtes célibataire ?

-Oui, mais j’ai de petites compensations. Ce n’est un secret pour personne : miss Higgins a parfois quelques bontés pour moi.

J’étais sidéré, estomaqué. Voilà que cette Mary Higgins que je croyais à des années lumière de tout érotisme, devenait la Messaline du château. Question : baisait-elle aussi avec Mac Murphy ? Décidément le sexe demeure le fil conducteur de toute affaire criminelle.

(à suivre)

1) Montherlan

Les commentaires sont fermés.