Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/08/2011

Revoir Françoise - 50 - Le 26 août 2011 - Elle n'est pas morte

Gordon reconnut immédiatement Charlène.

-Décidément, grogna-t-il, nous en aurons vu avec cette foutue gamine.

Elle fut transportée à la clinique dont elle s’était enfuie. Tout le monde lui en voulait. Cameron, l’infirmière chef, l’attacha au lit avec des menottes. Gordon plaça deux policiers devant la porte. Installés dans un canapé, ils ne pouvaient laisser entrer ni sortir personne. Le chef de service décréta que les infirmières ne pénétreraient dans la chambre qu’en équipe et laisseraient la porte entrouverte.

Charlène était dans le coma, ce que, vus ses exploits antérieurs, personne ne croyait, mais, objectivement, elle était en hypothermie. Le thermomètre ne montait pas au dessus de 35°. Elle fut couverte de coussins chauffants et perfusée avec du liquide physiologique à 37 °.

Gordon m’appela au téléphone pour faire le point et me charger de faire un rapport à sir Murdoch.

-Qu’il rentre sa rançon ! Nous l’avons retrouvée. Avez-vous pu faire parler Murray ?

-Non, il est immédiatement tombé dans les pommes, sans doute carencé de toutes ses saloperies en particulier de l’alcool. Il voyait des animaux partout: des ours et des agents de police. Nous n’avons rien pu en tirer. Et vous là bas, fameuse découverte !

-Ils devaient se sentir bien à l’abri pour oser afficher ces photos au mur. Il s’agit d’une histoire ancienne.

Je m’étonne de ne voir qu’un seul homme sur les photos. Ce doit être un groupe de partouzards.

-Et les femmes ?

-Je n’ose rien dire au téléphone, mais vous les connaissez très bien. Je vous donnerai les détails de retour à Ballater.

Le professeur chef de service était bien décidé à trouver la clef du mystère. Sous bonne garde et menottée à son brancard, il fit transporter Arlène en gynécologie. Elle se laissa examiner sans broncher. Elle avait eu des rapports sexuels récents et violents, elle portait des ecchymoses péri vulvaires et de multiples hématomes sur tout le corps. Pas la moindre trace de sperme ; le violeur devait s’être protégé.

-Bizarre, pensai-je, pourquoi cette précaution ? Pour ne pas être identifiables si on la retrouve ? Je ne vois pas bien le rapport entre ce viol et le kidnapping. On la kidnappe pour la rançon ou pour la partouze ? Et que viennent faire les deux femmes cagoulées de la photo ?

(à suivre)

Clausewitz

Les commentaires sont fermés.