Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/03/2011

Gouvernement: nous avons tout pour en finir!

Gouvernement: nous avons tout pour en finir!

par Clausewitz , dimanche 20 mars 2011, 11:20

 

 Il faut tout d'abord accepter l'idée que la NVA sabote les négociations depuis le premier jour et qu'elle ne veut d'accord à aucun prix. La Belgique ne l'intéresse pas. Aucun gouvernement n'est possible avec eux. Tout le monde le sait depuis la première semaine des négociations. Que faire? Notre gouvernement d'affaires courantes donne, jusqu'à présent, et paradoxalement, pleine satisfation. La confection du budget en est un bon exemple.  Il ne lui manque que la légitimité démocratique. Il n'est tombé que par la lubie soudaine et inexplicable du petit Decroo, qui voulait sans doute se rendre intéressant et qui a juste réussi à nous mettre dans le pétrin. (Sans que cela ne lui rapporte le moindre succès électotral). Et s'il revenait au bon sens et réintégrait officiellemnt un gouvernement qu'en fait, il n' a pas quitté et où ses ministres ont continué de tenir une place honorable? Il suffirait, si le Roi ouvrait les yeux, qu'on autorise le premier ministre à représenter son équipe devant les assemblées et à continuer, avec l'entièreté des pouvoirs, à diriger le pays jusqu'aux prochaines élections. On aurait trois ans pour se disputer dans le bac à sable sur la réforme de l'état qui, en attendant, serait raisonnablement et totalement géré. Why not?

 

11:28 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

17/03/2011

Pourquoi pas Verhofstad?

Pourquoi pas Verhofstad?

par Clausewitz jeudi 17 mars 2011, 09:49
C'est le seul homme d'état qui nous reste. N'est-il pas temps de l'appeler pour mettre de l'ordre dans la basse-cour qui nous dirige? Je l'ai entendu dire récemment: il est impossible de fonder un gouvernement avec la NVA! Ce qui devrait paraître évident à tout  le monde. Le Roi a essayé successivememnt De Wever, Di Rupo, des comiques représentant les régions ou les assemblées, dont un, Flahaut, sorti directement du mariage de Mademoiselle Beulemans; Vande Lanotte qui nous a "amusés" plusieurs mois; Reynders: 15 jours. Maintenant ce gamin de président du CD&V. Ils consultent, ils reconsultent, toujours les mêmes. C'est une  comédie. Le Roi n'a pas encore chargé Milquet, ni les écolos.  Mais cela ne peut tarder. Pourquoi ne pas, enfin, appeler un homme d'état? Un homme capable d'imposer une solution raisonnable. Un homme qui a fait ses preuves et magistralement. Bien sûr, il est mieux à l'Europe. Ce sont d'autres discussions que dans notre cour de récréation. Hier soir, il a fait, à l'Europe, un discours (en anglais) digne de P.H. Spaak, un discours où il fustigeait la lâcheté de l'Europe devant Kadhafi: "Quoi? Vous laissez sans réagir l'Arabie envahir son voisin (Bahrein) pour massacrer ses démocrates et vous ne bougez pas pour Kadhafi? Nous sommes toujours aussi lâches que devant les coups de Prague et de Budapest." Il est un peu jeune pour se  rappeler les coups de bluff d'Hitler qui nous ont laissés sans voix.L'assemblée applaudissait comme pour PH Spaak à l'ONU en 47. Un homme d'état vous dis-je! Mais le Roi est aveugle ou à tout le moins très myope.

10:29 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

09/03/2011

La mort de Seraing

La mort de Seraing

par Clausewitz mercredi 9 mars 2011, 10:16
Il faut une fameuse dose d'inconscience à la FGTB Seraing, pour séquestrer les dirigeants d'Arcelor-Mittal. Ceux-ci, premier groupe d'acier mondial, peuvent, d'un trait de plume, faire retourner Seraing à sa vocation pastorale. Il y a d'ailleurs longtemps que cela les démange. Ces insupportables énergumènes qui battent les records mondiaux de journées perdues pour des futilités, se croient toujours le nombril d'acier du monde. Ils ne mesurent pas "l'immensité" de leur petitesse. Leurs méthodes datent de l'immédiat après guerre, où, avec André Renard, ils pouvaient casser sans scrupule la gare des Guillemins.Quand on annoncera la fermeture définitive du site sidérurgique de Seraing, on les entendra gémir comme des baleines et se lamenter sur l'injustice du capitalisme. Par dessus tout, ils contribuent à la mauvaise réputation de la Wallonie (que certains appellent "Walbanie" ) et finalement, grâce à nos politiciens dans leur bac à sable, incapables de former un gouvernement, à la réputation de la Belgique. Qui, voudrait encore risquer un investissement dans ce pays de fous?

10:20 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

05/03/2011

Mon Dieu, la gare des Guillemins!

Mon dieu, la gare des Guillemins!

par Clausewitz, vendredi 4 mars 2011, 22:21

 

 

Quand j'ai vu la FGTB entrer dans la gare des Guillemins, je me suis dit: on est caisse! Ils vont la détruire comme ils ont détruit l'autre, en 1960, pour une autre grève aussi intelligente. Mais ils devaient être plus fâchés sans doute. Cette fois-ci, c'était pour rire, pour faire peur; ils sont juste allés danser  sur les voies et ils n'ont rien cassé, ce qui est bien de leur part, car ils aiment casser:  on  ne leur dit  jamais rien. En 60, ils n'ont pas fait dans la dentelle: il a fallu construire une nouvelle gare! Il est vrai que celle-ci est plus difficile à détruirer: toute en fer! Il paraît qu'il y a plus de fer que dans la tour Eiffel. Je n'ose pas penser à ce qu'ils auraient fait si elle avait été en verre. Avec leur manie des pavés. Ils ont des lanceurs de pavés terribles, surtout quand ils sont remplis de bière (les FGTBistes, pas les pavés). Ils boivent dès le lever du soleil. A dix heures, ils sont au niveau. A deux heures, ils roulent dans les rigoles avec leur surplis et leur barette rouges. La messe est dite. ils sont tout fiers. Ils ronflent dans les caniveaux. Victoire! ils disent. Nous avons vaincu le capitalisme qui nous exploite et nous paye nos indemnités de chômage!  Maintenant, extra, nous avons prolongé les vacances de carnaval. Vive la Belgique une et indivisible.

Clausewitz

 

 

08:46 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

04/03/2011

Laisser courir les tigres en liberté?

Laisser courir les tigres en liberté?

vendredi 4 mars 2011, 10:34
.

 

 

Malmendier, cette sorte de saint laïc, est mort tout seul chez lui. Malgré l'horreur du meurtre de sa fille, violée puis tuée au riot gun, il n'a jamais demandé la peine de mort contre les bètes féroces, Thierry Muselle et Thierry Bourgard: quatre meurtres pendant  une mortelle randonnée d'un week end ALORS QU'ILS ETAIENT EN CONGE PENITENIAIRE. Il s'agit réellement de bêtes féroces. On parlait de libérer Muselle, qui avait déjà été condamné à 10 ans en 84 pour le meurtre, avec dissimulation du corps, de sa fiancée de 16 ans. Heureusement, si j'ose dire, il a essayé d'étrangler un détenu qui partageait sa cellule. La chambre du conseil en a  profité pour l'obliger à prester le reste de sa peine (Il a déjà fait 18 ans). Ces fauves congénitaux récidivent toujours. Même en prison, ils restent des dangers publics et menacent la vie des gardiens. (Qui font parfois grève pour être débarrassés d'un de ces monstres assurés en Belgique de l'impunité totale) . Il est aveuglant, sauf pour les gauchistes qui nous gouvernent, que la solution, dans ces cas, est la peine de mort. Mais ceux qui nous gouvernent sont aveugles sourds et un peu stupides. En 1940, le général en chef de l'armée française professait:"Les Ardennes sont impénétrables par les chars". Quand on lui apprit que les panzers avaient passé la Meuse à Sedan, il eut cette phrase sublime digne d'un de nos politiciens: "Ce sont des éléments égarés".

 

Le simple bon sens exige de rétablir la peine de mort. Elle n'a jamais été plus nécessaire, ne fût-ce que pour nous débarrasser définitiveùment de ces bêtes féroces  inamendables.

 

 

Clausewitz

11:07 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

03/03/2011

La démocratie à la belge.

La démocratie à la belge

 jeudi 3 mars 2011, 10:08
Les jeunes arabes en révolte sont choqués que les USA puissent  changer de  président tous les 4 ans et eux tous les 40 ans et encore, moyennant une révolution. Et chez nous? Ce sont aussi les mêmes depuis une éternité. Quand verrons-nous enfin disparaître la Milquet? Mon père était tout fier d'être président d'un bureau du pool préélectoral du PSC. La composition de la liste en dépendait ainsi que l'ordre des candidats. Les "démocrates" du parti  supprimèrent les pools. C'était désormais le comité d'arrondissement qui dresserait la fameuse liste. Celle-ci fut ensuite "modulée" par le comité directeur et des candidats placés en ordre utile par l'arrondissement se virent déplacés par les huiles de Bruxelles où la démocratie chrétienne (autant dire socialiste) prenait de plus en plus le pouvoir. Chez nous à Herstal, un groupe dissident conduit par un démocrate chrétien, reçut, en 1982,  du comité directeur, une somme de 100.000FB pour lutter contre notre groupement d'intérêt communaux (PSC-MR). Notre discutable président VDB, fut remplacé par Gérard Deprez, qui n'avait pour objectif que de détruire la tendance "CEPIC" pas assez gauchiste à son goût.Sa présidence n'en finissait pas. Il crut astucieux de se faire remplacer par une petite femme inconnue, marionnette dont il allait tirer les ficelles. Elle est toujours là, inamovible. Plus socialiste qu'elle tu meurs. C'est elle qui a fait échouer l'"Orange bleue" ( Madame Non) parce que son cher Di Rupo n'en n'était pas. Inamovible! vous dis-je. Le cadavre de Gérard Deprez (il y a parfois une justice) mûrit au MR. Tous les membres du comité d'arrondissement un peu compétents sont partis. Un lobby organise leur éviction des listes. Qui choisir comme président de la République, disait-on de temps de la IIIème: le plus bête! criait on en choeur. C'est toujours le cas,  au CDH en tout cas. (Sans compter les fils de leur papa).
Clausewitz

10:32 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

02/03/2011

Quand votre maison fait BOUM!

Cela pète de partout. Les explosions se succèdent à la cadence minimum d'une par semaine. On en parle autant que des embouteillages! ll y a toujours une fuite quelque part et il faut évacuer les pauvres habitants. On devrait dire les "victimes" des gaziers. Qu'attend-on pour ne plus utiliser ce combustible effrayant? Encore que, si vous vous chauffez au mazout, vous pouvez être victime des canalisations qui approvisionnent les autres.Ici encore, malgré Ghislenghien et la rue Léopold, aucune mesure intelligente n'est prise. Pourquoi pas un cadastre clair des conduites dangereuses? Pourquoi pas des amendes dissuasives pour les entrepreneurs jeanfoutre qui les arrachent? Pourquoi ne pas renforcer les conduites qui fuient tout le temps? Pourquoi ne pas les installer plus bas? Qui graisse la patte de qui? En attendant, les pauvres électeurs innocents (qui votent toujours pour les mêmes incompétents) sautent à qui  mieux mieux. Comme dans Tintin: quand votre maison fait boum! En attendant mieux, laissons les trains continuer de dérailler.

Clausewitz

11:33 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

01/03/2011

Réflexions sur la prison

Réflexions sur la prison

Les Belges sont choqués par la décision du tribunal du travail de Liège qui oblige le CPAS de Juprelle à verser 75 € à un détenu pour aller à la cantine. C'est toujours le même topo: tout pour les criminels, rien pour les victimes! Permettez-moi pourtant quelques  réflexions. Pourquoi ne donne-t-on pas d'office,  du papier hygiénique, du dentifrice et du savon aux détenus? Ne sont-ce pas des besoins essentiels? Les conditions de détention sont affreuses, les pires d'Europe (qui nous a condamnés). Ils sont parfois quatre dans une cellule prévue pour deux. Quand un jeune pénètre dans cet antre, il est immédiatement violé par les occupants. Il a beau crier, les gardiens ne l' entendent pas. Quand un détenu est frappé par un caïd, tout le monde dit: "il est tombé chef" et le maton s'en contente. On fouille au corps les visiteurs pour éviter qu'ils n'introduisent de la drogue, or des camions entiers pénètrent dans la prison par l'autre porte pour apporter du travail aux prisonniers. On pourrait passer un mètre cube de cocaïne! On construira de nouvelles prisons "à l'année busette". Pourquoi ne pas édifier des camps avec baraquements où les préventifs et les peines légères seraient à l'abri des caïds qui font régner la terreur et dont même les gardiens ont peur?

 

Est-ce que vous voyez sérieusement la Milquet et autres nunus de notre politique nationale, prendre des mesures rationnelles

 

Clausewitz

13:50 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

22/02/2011

La Belgique n'est plus qu'une ville

 En Belgique, il est impossible, sauf peut-être dans les Fagnes, dans un tour d'horizon, de ne pas voir une maison. Nous sommes encacqués, les uns sur les autres. Est-ce un bien, est-ce un mal? Une chose est sûre nous ne formons plus qu'une ville. Si nous étions dirigés par des hommes d'état, ils auraient pris la mesure du problème et auraient proposé des solutions.

 

En voici quelques-unes toutes simples. A Seattle (dans l'état de Washington, siège de Boeing) les usines et les bureaux ouvrent et ferment à des heures différentes. La circulation est diluée sur 24 heures au lieu que, comme chez nous, tout le monde se précipite pour être au bureau à 9 heures. Voir le bouchon éternel à Bertem chaque matin depuis trente ans. Si les heures de bureau étaient ventilées. Les embouteillages fondraient comme neige au soleil.

 

A Athène et à Abidjan, les embouteillages monstres ont forcé les autorités à ne  laisser rouler un jour que les plaques paires et le lendemain les plaques impaires. Voilà les embouteillages divisés par deux.

 

Les voitures, stupidement grosses, ne contiennent, le plus souvent, qu'une seule personne. Pourquoi ne pas donner la priorité aux véhicules avec plusieurs passagers? Les solitaires devraient attendre. Ne peut-on, dans les parking, faire payer place double aux véhicules longs? Favoriser les petites voitures?

 

On a parlé de faire payer, comme à Londres, une taxe aux véhicules pénétrant dans Bruxelles point névralgique de la Belgique, qu'attend-on pour le faire?  Pourquoi ne pas favoriser fiscalement les entreprises qui s'installent en dehors du carcan bruxellois? A notre époque d'internet et de média sociaux qu'a-t-on besoin de s'encaquer autour du Maneken piss?

 

Ne pourrait-on réparere les routes en travaillant, comme aux USA, 24h/24. Ici les ouvriers sont, tout le temps, appuyés sur leur pelle et les travaux n'en finissent pas. Les firmes ont versé tant de pots de vin aux politiciens qu'ils n'osent plus  faire respecter leurs délais.

 

Il nous faudrait des politiciens-hommes d'état. Il n'y a pourtant pas que des imbécile dans notre pays. Mais ils ont fui la politique parce que, dans les partis, tout est combine. On y suit la devise du duc d'Orléans, régent de France: "TOUT A LA FAVEUR, RIEN AU MERITE!"

16:16 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

31/01/2011

Le nouveau guillaume d'Orange

Le nouveau Guillaume d’Orange.  Le 31 janvier 2011

 

Bart Dewever et ses roulements de mécanique rappelle curieusement notre ex-roi Guillaume d’Orange. Lui aussi voulait placer ses petits Hollandais partout, se foutait royalement (sic) de ce que pensaient les  Belges, qu’il considérait comme des arriérés catholiques.

Quand on votait une loi, il comptait les abstentions pour des approbations suivant l’adage « Qui ne dit mot consent ».

 

Notre "Guillaume" De Wever  a déjà pris l’armée en otage. Il n’y a que des flamands (Hollandais) parmi les officiers supérieurs. Il empêche les Wallons d’acheter des terrains en Flandre. Il refuse de nommer les bourgmestres régulièrement élus des communes à facilité, à majorité francophones. Il tatillonne avec mesquinerie sur la langue des documents administratifs. Les débats sont obligatoirement en flamand alors que presque tous les conseillers sont d’expression française. 

 

Bruxelles est une ville comme une autre, proclame-t-il, et elle est en pays flamand. Que signifie cette prétention d’en faire une région à part entière ?

 

Croit-il, malgré sa petite licence en histoire, que les peuples se laissent toujours opprimer de la sorte ? Est-il aveugle devant les événements de Tunisie et d’Egypte ? N’a-t-il rien compris à la manifestation  « Shame » de dimanche dernier ?

 

Le jour de la fête nationale flamande, il y a un seul drapeau flamand à Bruxelles (j’ai vérifié) c’est à la maison du gouvernement flamand. Seuls dix pourcent d’habitants parlent flamand à Bruxelles. On y parle plus l’arabe que le flamand.

 

C’est certain, il ne reculera pas. Sauf quand nous crierons « aux armes » comme au soir de la Muette de Portici. Ce soir-là, les manifestants bouteront le feu à leur gouvernement postiche et on verra qui parle le flamand à Bruxelles.

 

N’est-ce pas Guillaume ?

 

Clausewitz

 

 

17:46 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)