Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/01/2011

Discours de Lumumba. J'ai honte

30 juin 1960 Le discours de Patrice Lumumba  -  J’ai honte.

 

Je me souviens de ce fameux discours. Il enflamma la Belgique.

 

Comment ? Alors que nous leur avons apporté les immenses bienfaits de la civilisation chrétienne ; construit des routes et des ponts ; des lignes de chemin de fer et des lignes maritimes ; voilà que ce Bamboula, petit employé des postes, alors que nous leur donnons l’indépendance sur un plat d’argent, vient, devant notre cher Souverain, nous cracher à la figure et nous reprocher notre générosité.

 

Lumumba met les choses au point :

 

 Cette indépendance du Congo, proclamée aujourd'hui,  nul Congolais digne de ce nom ne pourra jamais oublier que c'est par la lutte qu'elle a été conquise, une lutte de tous les jours.

Cette lutte qui fut de larmes, de feu et de sang,  fut une lutte noble et juste, une lutte indispensable pour mettre fin à l'humiliant esclavage, qui nous était imposé par la force. Ce que fut notre sort en 80 ans de régime colonialiste, nos blessures sont trop fraîches et trop douloureuses encore pour que nous puissions les chasser de notre mémoire.

Nous avons connu le travail harassant exigé en échange de salaires qui ne nous permettaient ni de manger à notre faim, ni de nous vêtir ou de nous loger décemment, ni d'élever nos enfants comme des êtres chers. Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres.
Qui oubliera qu'à un noir on disait "Tu", non certes comme à un ami, mais parce que le "Vous" honorable était réservé aux seuls blancs ? Nous avons vu nos terres spoliées au nom de textes prétendument légaux, qui ne faisaient que reconnaître le droit du plus fort, nous avons constaté que la loi n'était jamais la même, selon qu'il s'agissait d'un blanc ou d'un noir, accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine pour les autres.

 Dans les villes il y avait des maisons magnifiques pour les blancs et des paillottes croulantes pour les noirs : qu'un noir n'était admis ni dans les cinémas, ni dans les restaurants, ni dans les magasins dits européens, qu'un noir voyageait à même la coque des péniches aux  pieds  du blanc dans sa cabine de luxe.

La République du Congo a été proclamée et notre cher pays est maintenant entre les mains de ses propres enfants (...)"

Je me souviens encore de mon indignation. Le Roi, un peu nunuche, (il avait fait poser des soutiens-gorges aux danseuses noires)  était scandalisé. Il voulait rentrer sur le champ à Bruxelles.

 

Lumumba fut bientôt assassiné. On n’a jamais retrouvé les coupables.

 

Je n’ai pas pleuré à sa mort ; ni à l’accession au pouvoir du « colonel » Mobutu.

 

 

 

Depuis, nous avons appris tant de choses. Sous Léopold II, la population du Congo est passée de 40 à 12 millions d’habitants. Quand un noir ne rapportait pas assez de caoutchouc, on lui coupait la main ; on tuait sa femme. Des villages entiers étaient exterminés  par la Force publique (des noirs commandés par  des blancs).

 

Ils étaient moins que des esclaves, car les esclaves, comme le bétail, sont un capital. Vous devez les entretenir, les nourrir, les loger. Ici, il suffisait de puiser dans la réserve qui était immense. On pouvait les tuer quand ils ne servaient plus.

 

Dans la presse anglaise, on représentait Léopold II assis sur une montagne de crânes.

 

Pendant ce temps, les Belges édifiaient de  richissimes compagnies minières. On avait trouvé des diamants au Kasaï ; de l’or à Kilo-Moto, dans le nord. Le Congo disait-on est un scandale géologique. On y trouve de tout ; même de l’uranium.

 

Mais rien ne profitait aux habitants. Ils restaient relégués dans leurs paillottes et subissaient le supplice de la chicotte.

 

Y a-t-il un mot à retirer du discours de Lumumba ? Il n’était certes ni diplomatique,  ni opportun. Ce discours, il l’a payé de sa vie.

 

J’ai applaudi à sa mort.

 

J’ai honte.

 

 

Clausewitz.

10:10 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

16/01/2011

Bart Dewever: une femme qui veut vous quitter

Le 17 janvier 2011

 

Bart Dewever : une femme qui veut vous quitter.

 

 

Lire la suite

17:02 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

23/12/2010

Les Wallons votent pour les combinards

Clausewitz, blog du 23 décembre 2010

 

Les Wallons votent pour les combinards.

 

Je ne suis pas un supporter de Bart Dewever, mais je souscris à certaines de ses réflexions. Elles sont  impossibles à émettre en Wallonie où la presse est pieds et poings liés aux socialos à commencer par la télévision. Ainsi en va-t-il de l’amour des Wallons pour les voleurs et les amateurs de prébende. Je m’étonnais jadis que le bourgmestre de Seraing, truand homologué, fût, chaque fois, réélu triomphalement.

 

            - Tu n’as vraiment rien compris ! me disait ma femme. C’est un truand, d’accord ! Les pontes financiers de Bruxelles viennent d’offrir une bague de 12 millions à sa maîtresse, dringuelle au portier, pour l’obtention de terrains où ces messieurs allaient construire pour des dizaines de milliards de bureaux officiels. Il roule en décapotable rose. Tout le monde sait qu’il tient une maison de luxe pour rendez-vous galants. On a voulu arrêter cette fameuse maîtresse. Elle avait détourné des actions en masse. Elle a été prévenue par les flics liégeois et s’est réfugiée en Hollande, jusqu’à ce que tout se calme. On vote pour lui ? C’est parce qu’on estime qu’il a raison ! À sa place, ses électeurs feraient la même chose. C’est Dallas ! Ce sont les plus mauvais qui sont les grands héros de la série. Voir JR.

 

            Dewever remarque : alors que la ville de Charleroi a été le nœud de scandales financiers immenses, les socialos n’ont pas perdu une seule voix dans le Hainaut.

 

Tout est combine, spéculation (voir le sel d’épandage), pots de vin, prébendes et on vote toujours pour eux. Personne n’a encore osé fourrer le nez dans les affaires liégeoises (ce n’es pas demain la veille !). Il y a juste la tête de Michel Daerden qui apparaît parfois. Mais tout le monde chante : « il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres ». On applaudit quand il fait le mariolle à la TV française.  Pire, nous en sommes fiers. Lui qui n’a pas été foutu d’entretenir nos routes alors que, disait-il, l’argent était dans les caisses.

 

            . Un de mes patients, employé de mutuelle, me disait : « C’est malheureux, je suis ici à ne rien faire, alors que j’ai tant de travail à la maison… »

 

            Les Flamands en ont marre de payer tout cela. Ne finirait-on pas par les comprendre ?

 

 

Clausewitz

 

           

11:18 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

17/12/2010

Les routiers ne sont pas sympas.

Clausewitz le 17 décembre 2010

 

 

Les routiers ne sont pas sympa !

 

L’ont-ils jamais été ? Pendant des années le supersympa Max Meynier a essayé de nous le faire croire. Il racontait des histoires touchantes d’accouchement quand le papa était bien loin. Des histoires de solidarité. Des routiers volaient au secours de collègues en difficulté. Ils n’avaient pas encore de téléphone cellulaire et devaient se contenter d’appel sur des fréquences de radio libre et bien sûr par des appels sur radio Luxembourg.

 

Malgré les efforts de Reynier, déjà à cette époque on ne comptait plus les malotrus. Actuellement cela dépasse les bornes. On vous fait des queues de poisson ; ils jouent à se dépasser dans les côtes en bloquant la circulation derrière eux. Ils dépassent leur vitesse autorisée et puis se retournent ; entrent en collision ; provoquent des catastrophes humanitaires avec des autocars. Des voitures particulières sont réduites en tas de ferraille avec plusieurs tués.

 

Ils sont incompétents, ne savent pas rouler sur la neige, ignorent les notions élémentaires de la conduite sur verglas. Ignorent l’usage des chaînes. Comment les patrons peuvent-ils engager de pareils malotrus incompétents ? Comment se passe leur permis de conduire ? Aussi à coups de billets de vingt euros ? Pourquoi les assurances n’excluent-elles pas les chauffeurs ayant retourné leur camion ou perdu leur chargement ?

 

Ils sont inciviques. On leur interdit de rouler pour ne pas encombrer la circulation (voir le drame en France, ces jours derniers, où les usagers durent abandonner leur voiture et retourner à pied.) Nombreux sont ceux qui n’obtempèrent pas et  mettent en danger la vie des autres usagers.  Pire, hier, à la frontière luxembourgeoise, ils bloquèrent délibérément le passage des voitures : « Si nous ne pouvons pas rouler, les autres ne rouleront pas non plus ! » ont dit les routiers si sympas.

 

Que penser des patrons qui sont incapables de lire un bulletin météo. Est-il vraiment intelligent de lancer ses mastodontes sur les routes alors que la météo annonce 11cm de neige ? N’est ce pas envoyer ses chauffeurs et son matériel au casse-pipe ? Il y a du chômage « intempérie » dans la construction, pourquoi pas dans la circulation des plus de 7,5 tonnes ?

 

Dans notre pays,où l’intelligence est reine ainsi que le bon sens, qu’attendent non politiciens géniaux pour mettre de l’ordre dans ce foutoir ?

 

Qu’on mette les poids lourds sur les trains, vous dis-je.

 

Clausewitz

10:54 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

16/12/2010

En finir avec les poids lourds

Clausewitz Blog du 16 décembre 2010

 

Il faut en finir avec les poids lourds !

 

 

Lutgens interdit les poids lourds pour cause d’intempérie. Ouvrirait-il les yeux ? Les poids lourds sont la cause de tous les maux de la circulation.

 

1)      Pertes de chargement : tous les jours, un camion déverse son chargement sur la chaussée et bloque la circulation. Nous sommes encore heureux quand ce n’est pas un produit toxique, un acide ou tout simplement du mazout.

 

2)      Les camions se couchent, dérapent et entrent dans les murs. Cela se passe quotidiennement. C’est à croire que l’on met au volant des incapables, des abrutis ou des alcooliques. Pourquoi tous ces poids lourds ne tiennent-ils pas sur leurs roues ? Pourquoi se renversent-ils si vite ? Tous les jours la circulation est bloquée par un poids lourd en détresse. Cela se comptabilise en heures de retard pour les autres usagers.

 

3)      Les poids lourds, nous intoxiquent de leurs fumées malodorantes. N’ont-ils pas de contrôles à l’auto sécurité ? Cela se passe-t-il toujours avec le billet de vingt euros dans la carte verte ? Il n’est pas normal que les poids lourds nous enfument de cette manière alors que leur carburation a été contrôlée.

 

4)      Ils démolissent les routes. La plupart des nids de poules de nos autoroutes sont dus à la surcharge des camions. On ne vérifie pas le poids réel par essieu. Et, surtout en période de dégel ils défoncent les routes. Entendez-vous encore parler de barrières de dégel ?

 

5)      Il faut en finir ! Qu’on les mette sur les trains, comme en Suisse ! Cela libérera les       autoroutes, limitera le nombre d’accidents graves et renflouera les caisses de cette SNCB pourrie qui ne cesse de faire enrager les usagers.

 

 

Pour arriver à ce résultat, il faudrait des ministres avec de l’imagination et de la volonté. Nous n’avons que des chercheurs de voix. Allez demander à un Di Rupo d’entreprendre une vraie réforme ?

 

 

Clausewitz

15:16 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

13/12/2010

Bianca Castafiore

Bianca Castafiore le 13 décembre 2010

 

Que Bart Dewever veuille la fin de la Belgique, nous le savons depuis toujours. C’est l’objectif avoué de la NVA. Ce qui est idiot, c’est de négocier sérieusement avec un homme qui triche, dont l’objectif est de nous conduire à de nouvelles élections. Que la maladie principale de notre pays soit les socialos, c’est l’évidence même. Ils ne peuvent pas perdre les élections puisqu’ils ont placé leurs copains partout, dans des administrations pléthoriques, qui ne peuvent faire autre chose que de voter pour eux. Idem pour Milquet avec ses musulmans.

 

Si nous parlions plutôt d’un sujet qui nous préoccupe réellement : la pluie et le beau temps. Il y a lurette que nous n’avons eu des hivers aussi pénibles. Cette année, c’est le bouquet ! Il y a des endroits d’Europe où il n’a plus fait si froid depuis cent ans ! Oui, cent ans. Et le réchauffement planétaire dû « aux gaz à effet de serre ? » C’est sûrement le réchauffement qui est la cause de ce refroidissement. Interrogez monsieur van Yperseele. Il vous le confirmera, comme toujours, en vous chantant le grand air des bijoux et vous expliquera que le CO2 a un terrible effet de serre. Il est concentré dans l’atmosphère à 0,03%, est inodore, incolore et insipide. Le moindre nuage, lui, a un véritable effet de serre. Quand le ciel se dégage, la température tombe immédiatement.

 

            Les météorologues savent prévoir le temps à cinq jours. Ils sont incapables de nous dire si nous aurons un bel été. Ils ne comprennent pas les méga effets des cyclones du Pacifique, tels El Nino, qui conditionnent vraisemblablement tout la météo terrestre.

 

            Il y a trois ans, nous eûmes le bonheur d’avoir un superbe mois d’avril. Un merveilleux printemps. Sur toutes les chaînes de radio et de TV, au lieu de s’en féliciter, on menaçait : « vous voyez bien, la planète se réchauffe, la planète se réchauffe, la planète se réchauffe. » En cet hiver catastrophique, il n’y a plus que notre Bianca Castafiore nationale pour chanter encore « Je ris de me voir si belle en ce miroir ».

 

Clausewitz

10:25 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

09/12/2010

Circulation routière

Blog du 9 décembre 2010 Circulation routière

 

Belgique.

 

 

La circulation routière est catastrophique. L’explication : la neige et les intempéries. Il n’y a plus de sel nulle part, alors qu’on avait annoncé, avec les trompettes thébaines, que toutes les précautions étaient prises et que nous disposions de stocks de sel pour un hiver sibérien. Toujours l’effet d’annonce.

 

            Mais les combines ont continué : la spéculation, les bakchichs, les détournements : on aura tenu une semaine ! Les fournisseurs disent que les réserves sont vides. Sans doute pour augmenter les prix. « Il va falloir faire venir le sel de Sibérie, (pourquoi pas de la lune ?), ou de plus loin encore. » Et cela va nous coûter la peau des fesses. On profite des intempéries pour augmenter le prix des carburants, sous  des prétextes ridicules comme la faiblesse de l’euro, alors que l’euro n’a pas baissé par rapport au dollar. C’est la faute aux spéculateurs ! Les premiers d’entre eux ne sont-ils pas les politiciens qui prélèvent des accises astronomiques.

 

Jadis les pompistes en colère affichaient « Ici on vend des taxes avec un peu d’essence dedans ». C’est toujours vrai.

 

            Les routes se dégradent, à cause du froid, dit-on. Elles étaient déjà en piteux état avant le froid. Il n’y a jamais d’argent pour les entretenir. Les ministres se succèdent dans l’impuissance. Ils se contentent de parader à la TV. Le précédent était imbibé de vin rouge. Celui-ci, fils de son papa,  n’a même pas le format nécessaire pour nous débarrasser de son encombrante présidente, omnipotente négativiste, alors qu’il a été élu à ce poste.

 

            Les encombrements ne datent pas de la neige. Tous les jours, sur RTL, c’est la longue description des embouteillages, des encombrements et des heures que vous allez perdre au volant parce qu’aucune mesure de réduction n’est prise. Pourquoi, par exemple, admettre les « pertes de chargement » ? Qu’ils arriment convenablement leurs produits ! au lieu, par négligence, d’obstruer  les autoroutes. Pourquoi tous ces camions qui se couchent, pourquoi tous ces véhicules en panne ? Actuellement, les voitures modernes ne sont plus jamais en panne. Il faut pénaliser les vieux clous, les chauffeurs incapables de conduire, les camions délabrés. Le ring de Bruxelles, c’est l’enfer quotidien. Depuis de nombreuses années, la route de Liège est bloquée, à Bertem, tous les jours.

 

            Vous n’avez qu’à prendre le train ! Oui, quand il roule, quand il ne déraille pas, quand les contrôleurs ne sont pas en grève ; et les machinistes ; et les femmes d’ouvrage; et tous les hommes en casquette, qui n’arrêtent pas de faire enrager les usagers dans des trains toujours en retard. Comme pendant la guerre.

 

            Quand les Anglais ont privatisé les chemins de fer, la RTBF faisait des gorges chaudes au moindre accident sur les lignes britanniques. La SNCB est toujours publique (jusque-s-à- quand ?) et les accidents et les incidents  ne cessent pas[1]. Il n’y qu’à examiner le facies des responsables de l’entreprise : ils rappellent les plus belles têtes des ex dirigeants des démocraties populaires.

(À suivre) Clausewitz

 

.



[1] Cf la partouze dans le poste de contrôle lors du déraillement de Buizingen

11:33 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

06/12/2010

élections?

En février : élections?

Lire la suite

18:46 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

26/06/2009

Non à la Turquie!

Non à la Turquie !

 

Les négociations pour l’adhésion de la Turquie à l’Europe traînent trop dit le premier ministre turc Erdogan.

 

 Elles ne devraient pas même avoir commencé! La Turquie n’a rien à faire dans l’Europe. Tout d’abord, elle n’en fait pas géographiquement partie. Le petit morceau d’Europe dont elle se targue, elle nous l’a volé en 1453 lors de la prise de Constantinople. Ensuite, alors qu’elle avait fait un gros progrès vers la civilisation sous Kemal Atatürk, [1]avec la réapparition des partis extrémistes religieux, la Charia plane à nouveau sur ce malheureux pays avec tous ses excès, ses cruautés et son antiféminisme. Les femmes voilées sont à nouveau tolérées à l’université.

 

Si nous voulons avoir une idée de ce que l’Europe deviendra avec les 80 millions d’Islamistes qui déferleront, il suffit de contempler ce qui se passe là-bas.

 

Nous pouvons digérer n’importe quelle population. L’Allemagne vient d’assimiler toute l’Allemagne de l’est. Nous avons assimilé les Italiens, les Espagnols, les Polonais, les Français sont majoritaires parmi nos allochtones. Tout se passe dans la sérénité. Sauf avec les islamistes. Ils n’admettent pas nos lois. Ils veulent nous imposer les leurs. Ils veulent des mosquées subsidiées par nous alors que chez eux ils ne tolèrent pas la moindre chapelle. Ils veulent faire exciser leurs filles, les contraindre (parfois sous peine de mort) au mariage forcé. Ils veulent leur faire porter le voile, bientôt  la burqa. Et nous laissons faire ! Pire nous les favorisons : voir le comportement de Joëlle Milquet avec ses musulmanes. Nos dirigeants sont aveugles ou font semblant de l’être. Mais, (est-ce une consolation, ils n’ont quand même rien à dire ?) le peuple gronde, comprend les enjeux tout en se rendant compte que tant que  Milquet et consorts seront là, la roue tournera inéluctablement vers la Turquie et la fin de notre civilisation.

 

Ils font des enfants à tour de bras (si j’ose dire). C’est ce que les Canadiens français appelaient la guerre des berceaux. Mais leurs femmes se sont mises à la pilule. Nous serons donc, dans vingt ans minorisés chez nous, en particulier à Bruxelles, qui deviendra la première ville musulmane d’Europe.

 

Merci Milquet.

 

Clausewitz



[1] Instauration de la laïcité. Séparation stricte de l’Islam et de l’état. Démocratie bipartite. Suppression des voiles et autres insignes religieux. Modernisation accélérée des rouages de l’état et refus d’emprunts à l’étranger.

20:44 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

24/06/2009

Mahinur Ozdemir voilée et négationniste

Mahinur Özdemir voilée et négationniste

 

Le 23 juin 2009

 

La députée bruxelloise (d’origine turque) Mahinur Özdemir  a prêté serment ce 23 juin 2009 la tête voilée. Un journaliste turc a exprimé à la télévision sa stupéfaction. Chez lui, les parlementaires qui se sont présentées voilées ont tout simplement été expulsées de l’hémicycle. Ici, on applaudit ! Le CDH(I) qui a attaqué le pape pour un évêque négationniste n’est pas gêné de patronner une députée qui a parlé dans un journal turc du « soi-disant génocide arménien ». Il y a plusieurs sortes de négationnisme. Le turc c’est le bon, l’excusable, le tolérable puisqu’il est islamiste et que le CDH (I) l’est aussi.

 

Madame Mahinur Özdemir se donne pour objectif d’améliorer la situation de nos vieux. Ne serait-il pas plein d’intérêt qu’elle s’occupât de la situation de ses sœurs coreligionnaires ? Ainsi que je l’ai prouvé, texte parlementaire de la ministre Onckelinx à l’appui, l’excision n’est pas poursuivie en Belgique alors que, d’après l’université de Gand, elle est largement pratiquée chez nous.  Pourquoi ne pas défendre ses sœurs contre les mariages forcés ? Même en vacances elles tombent dans de véritables embuscades matrimoniales. Pourquoi ne pas faire annuler ces mariages forcés dès leur retour ?

 

Un lecteur  anonyme m’a traité de « sale islamophobe de merde ». Je ne suis pas islamophobe. J’ai fait l’effort de lire le Coran. Je n’y ai trouvé ni de référence à la lapidation des femmes infidèles, ni d’appel à la guerre sainte  (aucune guerre  n’est sainte, disait dimanche dernier sur France 2, un traducteur du Coran) ni même de référence au port du voile. Ce sont des attitudes extrémistes et provocatrices. On voit ici la patte électoraliste de Joëlle Milquet. Bruxelles regorge de musulmans. Pour récupérer ces voix au CDH(I), Milquet leur a fait donner le droit de vote même s’ils ne sont pas belges.  Elle  encourage le cinéma du voile d’Özdemir pour attirer un maximum de votes islamistes. C’est à cet effet qu’elle a fait supprimer le terme chrétien du PSC. N’aurait-elle pas beaucoup de succès en s’appelant franchement CDI Centre Démocrate Islamiste ?

 

Clausewitz

00:25 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (4)